Adhésion
Devenez web rédacteur
Connexion:

Politique
Sport
Economie
Social
Art
Manifestations
Environnement
Conseils
Agriculture
Quartiers
Faits
Education
Urbanisme
Sante
Transport
Logement
International
Dossiers
Humour
Musiques
Europe
Médias
Histoire
Religions

Regard (subjectif) sur les élections législatives 2017 aux Pays bas

-Politique

4/04/2017-

rédigé par Kevin

Nous publions un article que nous avons reçu d'un jeune chambérien actuellement à Groningen

Suite aux résultats des élections législative néerlandaise de 2017, l’ambiance est plutôt à l’espoir.
L’un des grands soulagements est la “contre performance” de Geert Wilders et de
son parti le PVV (“Partij Voor de Vrijheid”), le Parti Pour la Liberté ndlr). Annoncé à plus de
20% par les derniers sondages (TNS NIPO, IPSOS et PEIL pour le mois de mars), le PVV ne fera “que” 13,1%, contre 21,3% pour le VVD, parti du 1er ministre sortant, Mark Rutte.

Le PVV de Wilders est un parti de droite radicalisé qui prône un libéralisme économique, un euro-scepticisme et est, de surcroît, ouvertement anti-islam. Ce dernier ne pouvait de toute manière pas former de gouvernement aux Pays-Bas; quasiment aucun des 27 autres partis en lice ne souhaitaient créer une majorité gouvernemental avec Geert Wilders. Ce dernier a souvent été comparé à Marine Lepen pour ces idées d’extrême droite et ... pour sa coiffure, d’un blond peroxydé.

Voici, en témoin, un sticker coller un peu partout dans les rues de Groningen, tout au nord du pays.

“Grand fou de Geert, tu en veux trop, tu f’rai mieux de prendre du repos” - 17 mars 2017
Alors, d’un point de vue plus personnel, et en temps que français à l’étranger, voici un résumé des réactions que j’ai recueilli à chaud dans mon entourage aux Pays-Bas. Pour information, je suis en relation avec des étudiants dans une école d’art (niveau BAC 1 à BAC 5) de la ville sus-nommée de Groningen. La plupart des témoignages que j’ai reçus sont ceux de jeunes créatifs, en route pour devenir artistes ou équivalent.
À Groningen, les 3 partis en tête sont D66 (Démocrates 66) social-libéral à 19,9%,
Groenlinks (Gauche Verte) centre gauche écologiste à 18,9% et le parti du centre droit le VVD (Parti Populaire pour la Liberté et la Démocratie), précédemment cité, à 13,6%. Alors les 1ères réactions furent le soulagement de ne pas avoir le PVV avec un trop fort score a niveau national.
À Groningen, il ne sera d’ailleurs que 6ème avec 6,7% des suffrages exprimés. Suite à cela, j’ai pu observer de la joie et même de la fierté par rapport aux bon résultats des partis dit “progressifs” de la ville. Mais toujours quelques appréhension sur la
progression du PVV depuis 2012, date des dernières élections. La plupart des étudiants que j’ai interrogé m’ont avoué voter pour un parti plus neuf, progressif, écologiste et social. Ainsi certain m’ont dit avoir votés pour Groenlinks ou pour le PvdD (Parti Pour Les Animaux, ndlr), centre gauche écologique qui ont obtenu 5 siège à l’Assemblé néerlandaise avec 3,1% des votes.

J’ai également noté des félicitations de la part d’un anglais expatrié:
“Yeah! ` Bien joué les gars! Vous avez sauvez l’Europe!”, en réponse aux propositions de Nexit (sortie des Pays-Bas de l’Union Européenne) du PVV.

Autre information de ces élections, et elle se voient aussi bien à Groningen qu’au niveau
national, c’est la chute du parti travailliste, le PvdA, qui passe de 24,8% en 2012 à 5,7%
aujourd’hui. Pour finir, l’un des moteurs essentiels de cette campagne à été l’identité. Thème essentiel de Geert Wilders. Tout les partis ont longuement bataillé sur ces problèmes d’acceptations, de réfugiés et de nationalités. Certain partis comme Denk (2% et 3 sièges) ou Artikel 1 (0,3% et donc aucun siège) ont orientés majoritairement leurs idées sur la place des minorités dans la société.
Ce que ces élections peuvent d’ores et déjà nous apprendre c’est que, bien qu’à 13%, les thèmes de l’extrême droite façonnent le débats des idées.
Ce qui rappel étrangement la situation en France.

Restons vigilant.

Bien sûr, toutes ces informations sont subjectives et centrées sur un milieu jeune, citadin etcréatif du nord des Pays-Bas. Mais elles peuvent donné une grille de lecture pour mieux
comprendre les enjeux démocratiques néerlandais, et donc européens.

rédigé par Kevin

Commentaire :